le 133e RI en 1915

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le 133e RI en 1915

Message  capitaine jacobin le Sam 8 Déc - 15:19



Dernière édition par capitaine jacobin le Jeu 30 Mar - 19:48, édité 1 fois
avatar
capitaine jacobin
Grand Manitou

Messages : 4220
Date d'inscription : 08/01/2010
Age : 45

Voir le profil de l'utilisateur http://3945.chez.com/topic/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: le 133e RI en 1915

Message  fredo le Sam 8 Déc - 21:30

Bonsoir,
Belle photo d'époque.
Et dire que le regiment va se mutiner après le désastre du Chemin des Dames en 1917. Combien ont survécu sur ce cliché émouvant???
FREDO
avatar
fredo
Officier supérieur
Officier supérieur

Messages : 1746
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur http://depotlegionsathonay2.spaces.live.com

Revenir en haut Aller en bas

le 333e RI en 1915

Message  capitaine jacobin le Mer 14 Déc - 11:33

Le régiment reçoit avis de la nomination dans l’Ordre de la Légion d’Honneur, au grade de Chevalier, par décision du Général commandant en chef, en date du 23 Mars 1915, de M.BOYER, M.E., Lieutenant à la 24°Compagnie.

Motif de cette distinction : « - Blessé grièvement en conduisant à l’assaut la section qu’il commandait le 28 Août 1914, a eu dans cette circonstance une attitude très brillante « (Ordre

n° 721).

27 Mars

Par décret du 23 Mars 1915 ( Journal Officiel du 25 Mars), le Docteur PELLET (Gabriel, Charles,Edouard), Médecin Major de 2° classe, est nommé Médecin Aide Major de 1° classe à titre définitif, pour prendre rang au 25 Décembre 1914 ; il reste affecté au 333°R.I. et continuera à faire le service du 5°Bataillon.

28 Mars

Notification est faite au Régiment d’une décision du Général commandant en chef, aux termes de laquelle la mutation du Commandant LOURDEL au 60° Territorial n’est pas approuvée. Cet Officier supérieur continuera à compter au 333° R.I. et sera seulement détaché au 60°Territorial pour commander le bataillon auquel il avait été affecté. En conséquence, Mr le Commandant LOURDEL est réinscrit sur les contrôles du Régiment.

29 Mars

Le Général commandant la 74°Division affecte au 60°Territorial, par décision du 28 Mars 1915 n° 1062A, tous les R.A.T. se trouvant au Régiment : ils sont au nombre de 121 et seront dirigés le 31 sur Lunéville.

30 Mars

Le 333° R.I. reçoit de la 148°Brigade l’ordre de relever aujourd’hui à 17 heures le poste établi à la Soudière de Buissoncourt, sur la route de Varangéville à Buissoncourt , à 2 km au Sud de Buissoncourt. Il fournira dorénavant chaque jour ce poste. Cette relève est effectuée par le 5°Bataillon cantonné à Buissoncourt.

31 Mars

Départ à 10 h. du matin, sous les ordres du Sergent PITRAT, des R.A.T., affectés au 60° Territorial. Itinéraire suivi par le détachement : Lénoncourt, Buissoncourt, Haraucourt, Crévic, Vitrimont, Lunéville.

1er Avril

Conformément à la directive ministérielle n° 4975 – 2/1 du 24 Février 1915, les Alsaciens-Lorrains engagés au Régiment ont à opter entre une double situation : ou rester sur le front en prenant l’engagement écrit de combattre directement contre les Allemands, au risque d’être traités comme transfuges s’ils venaient à tomber entre leurs mains, ou de quitter le front pour être versés dans les corps d’Afrique du Nord. Sur 18 Alsaciens-Lorrains présents au Régiment, 8 signent la déclaration qui leur est demandée, les 10 autres sont mis en route sur le dépôt du 333°R.I. à Belley.

2 Avril

Un bataillon du Régiment est chargé d’exécuter les travaux de la seconde ligne de résistance d’après les plans et devis établis par le Génie. Le secteur où il doit travailler est situé entre Drouville et Courbesseaux. C’est le 6°Bataillon qui commencera aujourd’hui même ces travaux. Le 5°Bataillon est au repos, il en profite pour compléter son instruction.

3 Avril

Le Régiment reçoit notification d’une décision ministérielle du 17 Mars 1915 approuvant la nomination à titre temporaire au grade de S/lieutenant du Sergent-Major DESIRE , du 333° R.I.. Il prendra rang à dater du 19 Mars.

8 Avril

Douze hommes du Régiment sont dirigés sur Chéniménil (Vosges), en exécution d’un ordre du D.A.L. du 2 Avril 1915 pour y passer l’examen d’aptitude comme conducteurs d’automobile.

9 Avril

Le 333° R.I. reçoit l’ordre de relever Dimanche prochain 11 Avril 1915 le 222° R.I.. L’E.M. et un bataillon iront à Serres, l’autre bataillon à Athienville et aux avant-postes (Ranzey, Jumelles et Arracourt). Le régiment devra quitter ses cantonnements dans la nuit du 10 au 11 Avril, de façon à relever les éléments avancés du 222°R.I. à la pointe du jour ( 4h. 30). Le T.R. cantonnera à Einville où il se ravitaillera à partir du 12 Avril.

10 Avril

Le commandant du 5° Bataillon, qui doit relever les avant-postes, ses commandants de compagnies et le commandant de la compagnie de mitrailleuses, se rendent à Athienville dans la matinée (9 heures) pour reconnaître les A.P., le cantonnement et recevoir les consignes. Le capitaine de jour du 6° Bataillon part avec eux pour reconnaître la ligne principale de résistance, le cantonnement et prendre les consignes. Le S/Lieutenant ROCHE part également pour visiter le réseau téléphonique existant et recevoir les consignes. A 17 heures, le poste de la 19° Compagnie, qui se trouve à la Soudière au Sud de Buissoncourt, est relevé par un régiment de la 147° Brigade ( 36° Colonial). La 74°Division notifie au corps une décision ministérielle du 1er Avril 1915 (J.O. du 8 Avril) affectant le Commandant LOURDEL au 60° Régiment Territorial d’Infanterie. Le 5° Bataillon, 2 sections de mitrailleuses (5° et 7°, S/Lieutenant DOLBEAU et Adjudant JAGAILLOUX), et leur train de combat quittent Buissoncourt à 20 h 30 pour arriver à Athienville vers 2 h30 et effectuer la relève des postes avancés du 222°R.I.. Itinéraire : Reméréville, Hoëville, Serres, Athienville.

11 Avril

L’E.M., le drapeau, le 6° Bataillon, la Compagnie Hors-Rang et la 3° section de mitrailleuses, suivies de leur train de combat, partent de Lénoncourt à minuit. Itinéraire : Buissoncourt, Réméréville, , Hoéville, Serres. Le mouvement du Régiment est terminé à 4h 20. Emplacement du Régiment : Le Régiment a la défense du secteur Serres – Athienville et du centre de résistance n° 9. Le secteur s’étend entre le ruisseau des Fées – ruisseau du Moulin et la route d’Arracourt incluse ; la ligne de résistance comprend : la coupe allant de la ferme de Ranzy aux Jumelles, les Jumelles, la croupe immédiatement à l’Ouest de la route d’Arracourt au Sud-Ouest des Jumelles. L’avancée de la défense est Arracourt. Le 5° Bataillon occupe la ligne des avant-postes avec la compagnie de mitrailleuses et un peloton du 60° Territorial, dont la 1°Compagnie passe sous les ordres du Colonel commandant le 333° R.I.. Ce bataillon a trois grand’gardes :

- la grand’garde n°1, dite des Jumelles (18° Compagnie) et deux sections de mitrailleuses (6°, S/Lieutenant DOLBEAU et 7°, Adjudant JAGAILLOUX). L’emplacement de la grand’garde proprement dite est :

- Jumelle Est : Abri pente Sud,

- Jumelle Ouest : Abri pente Sud.

Les sections de mitrailleuses sont : la 6° sur Jumelle Est, la 7° sur Jumelle Ouest. La nuit deux nouvelles escouades montent dans les abris au sommet de chaque Jumelle. Cette grand’garde détache 3 petits postes :

- petit poste n° 1 à Arracourt : 1 section,

- petit poste n° 2 , 1 escouade sur la route de Bezange – Arracourt, au Nord du col entre les Jumelles,

- petit poste n° 3 , ½ section sous les ordres d’un Sergent, au premier

coude de la route Arracourt – Valhey.

- la grand’garde n° 2 a son emplacement à 300 mètres au Nord du carrefour Nord-Est d’Athienville ; son effectif est d’uns section sous le commandement d’un Officier ou d’un Adjudant ( 60° Territorial). Elle fournit 2 petits postes :

- le petit poste n° 1 à 500 m. à l’Ouest de la Jumelle de gauche, comprenant une escouade sous le commandement d’un sous-officier,

- le petit poste n° 2, également commandé par un sous-officier, a le même effectif et est situé à 400 m. à l’Ouest du carrefour Athienville – Bezange et Arracourt – Bezange.

- la grand’garde n° 3 , dite « grand’garde de Ranzey », a son emplacement dans un réduit fortifié à 800 m. au Nord d’Athienville ; son effectif est de 2 sections (17° Compagnie), commandées par un Officier ; elle fournit 4 petits postes :

- le petit poste n°1, à l’embranchement de la route Bezange – Arracourt et du chemin de terre S.O. – N.E. reliant le ruisseau d’Athienville à la Loutre ( 1 km au Nord d’Athienville) ; effectif : 1 escouade et 1 sousofficier,

- le petit poste n° 2, sur le chemin de terre au Sud de la Ferme Ranzey, comprend une escouade commandée par un caporal ; ce petit poste n’est fourni que la nuit, par temps de brouillard ou en cas d’attaque,

- le petit poste n° 3 a son emplacement à la bifurcation des chemins de terre, à 600 m. Est de Ranzey ; effectif : une escouade commandée par un sergent,

- le petit poste n° 4 est à 150 m. à l’Est de Ranzey ; effectif : une escouade commandée par un sergent.

Le reste du 5°Bataillon (18° et 19°Compagnies, et un peloton de la 17°), une section du 60°Territorial et la 5°section de mitrailleuses, sous le commandement du S/Lieutenant BOUVIER, commandant la compagnie, cantonnent à Athienville et constituent la réserve des avant-postes. Les hommes sont occupés à l’établissement et à la consolidation de travaux de défense des avant-postes. L’E.M. et le 6°Bataillon cantonnent à Serres avec un peloton de la 1°Compagnie du 60° Territorial (Capitaine BASSOT), et une section de mitrailleuses du 222° R.I. (S/Lieutenant BLANC), dite de forteresse, qui passe sous les ordres du Colonel du 333°R.I. Les 21° et 23° Compagnies travaillent au centre de résistance n°9, la 24° Compagnie est employée à des travaux spéciaux (confection de piquets pour les défenses accessoires des avant-postes), la 22° Compagnie va exécuter des travaux au Nord-Est du Bois de Bissoncourt dans le centre voisin de résistance n°10. Le Régiment est en liaison à l’Est avec le 257°R.I. (centre n°8) et à l’Ouest avec le 223°R.I. (centre n°10).

12 Avril Les Allemands tirent vers 14 heures quelques coups de fusil sur la route d’Arracourt au passage du Lt-Colonel et du Commandant BRAQUET, et vers 16 heures 4 obus (77 mm) qui tombent à la sortie Nord du village d’Arracourt sans faire de dégâts.

13 Avril

Vers 16 heures, l’artillerie allemande envoie quelques obus de 77 dans la direction d’Arracourt. L’un d’eux éclate près d’un groupe de travailleurs sur la route : le Sergent POUPOU Louis, de la 20°Compagnie, est blessé par deux éclats de schrapnell, un l’atteint à l’épaule gauche, l’autre lui traverse le poignet gauche. Perte : 1 blessé.

14 Avril

Les Allemands envoient dans la matinée, vers la cote 293 et environs (Nord de Toucray-la-Haute) où se trouvent des hommes de la 22° compagnie, 7 obus percutants sans atteindre personne.

15 Avril

Suivent un ordre des 21,22 et 24 Mars 1915, le Caporal MEDY, cité à l’ordre de l’Armée, reçoit exceptionnellement de Sa Majesté l’Empereur de Russie la médaille de Saint-Georges de 2°classe ( J.O. du 13 Avril 1915, p. 2174).

16 Avril

La grand’garde n°3, Capitaine CURE, signale à l’artillerie un groupe d’une trentaine de travailleurs allemands à la corne de la Forêt de Bezange, au Sud de St-Jean-de-Fontaine, et prévient la 6° section de mitrailleuses (Jumelle Est, S/Lieutenant DOLBEAU) : quelques coups de canon et une salve de mitrailleuse dispersent ces travailleurs qui s’enfuient rapidement dans leurs tranchées. Par ordre du Colonel commandant la 148° Brigade, à partir du 19 Avril 1915, la ligne de démarcation entre les 2 secteurs des 223° et 333° R.I. sera : (cotes de la carte au 1/50.000°, sauf indication contraire)

- Crête du Bois Saussi, cote 314 ( au 333° R.I.)

- Ferme Touray-Haute, cote 288, route départementale Valhey – Arracourt (au 223°R.I.)

- cote 277 (carte au 1/80.000°), Ferme de Vaudrecourt, ponceau à 500 m. Nord-Est de la Ferme de Vaudrecourt, ruisseau passant entre Arracourt et Basse-Riouville ( au 333° R.I.). En conséquence, à dater du 19 Avril, le poste de la Ferme de Vaudrecourt sera fourni par le 333° R.I.. Le Régiment reçoit du Colonel commandant la 148°Brigade l’ordre d’exécuter cette nuit une reconnaissance sur Bezange-la-Grande. La mission est la suivante : Reconnaître si le village est occupé, s’il y a des forces ennemies aux environs entreprenant des travaux de défense, enfin si le peu d’activité que semble déployer l’ennemi ne cache pas des préparatifs de quelque opération contre nous. Effectif :

- Une compagnie du 6° Bataillon (Commandant MOREGLIA)

- la 22° Compagnie (Capitaine DEBRAND) soutenue éventuellement par la 21° Compagnie (Capitaine CHAVENNEY).

L’ensemble de l’opération sera dirigé par le Chef de Bataillon qui donnera les ordres de détail. Le S/Lieutenant VALETTE accompagnera la 22° Compagnie avec 17 éclaireurs volontaires de la 17°Compagnie connaissant le terrain. Ces deux compagnies quittent Serres à

22 heures 15.

17 Avril

La reconnaissance commencée vers minuit est terminée à la pointe du jour. Deux hommes sont blessés, le soldat BARGEL Joseph, Mle 015723, de la 22° Compagnie, atteint d’une balle au genou, et DELTOUR François, Mle 7469, de la 21° Compagnie, a la main gauche traversée par une balle. Résultat obtenu : Bezange paraît occupée par un détachement d’environ 100 hommes, placés dans 2 tranchées, l’une sur la route de Bezange à Arracourt à 200 m. à l’Est du coude de cette route (1.500 m. S.O. de Bezange), l’autre sur les pentes Sud du calvaire, cette dernière entourée de fils de fer. Des défenses importantes ont été construites aux abords de Bezange. Pendant la journée du 17 Avril, canonnade intermittente.

Nuit du 17 au 18 Avril

A 21 heures 10, la grand’garde de Bénaucourt fait savoir que le poste de Vaudrecourt attaqué se replie devant des forces supérieures. Quelques minutes plus tard, les Allemands attaquent le village d’Arracourt par la sortie Nord. La fraction qui occupe le village, renforcée par une action des Jumelles ( 19° Compagnie) prend ses emplacements de combat. Le poste du Château du Comte de MONTUREUX et celui du cimetière se replient et vont se placer derrière les barricades à l’intérieur du village. Le Lieutenant LAFFITTE commandant la 18° Compagnie reçoit l’ordre d’occuper la lisière Sud-Ouest du village et d’en chasser l’ennemi s’il vient de ce côté. Il part à 1h 15 avec un peloton et rentre à 2h 30 : cette lisière n’était pas occupée par l’ennemi. La fusillade est vive jusqu’à 3h 45 : notre artillerie a arrosé la Ferme de

Vaudrecourt et les abords de la Loutre. A 5 heures, les abords du village étaient complètement évacués par l’ennemi. Dans cette action, le Régiment a 2 tués et 3 blessés :

015990 – FAVRE François-Augustin 2° classe – tué d’une balle à l’aine

017298 – OUVRIER J.B. 2° classe - tué d’un éclat d’obus

11

015162 - HERCULE Julien Adjudant – blessé d’une balle à la cuisse

018423 - COLLARD Claude 2° classe - atteint par des éclats d’obus

114367 - SARAZIN François 2° classe - atteint par des éclats d’obus.

19 Avril

Cette relève a lieu sans incident à la pointe du jour. A la même heure, le 6°Bataillon prend possession du …………

Ordre du Régiment n° 84 :

« Officiers, sous-officiers, caporaux et soldats du 333°R.I. :

Nommé par décision du Général commandant en Chef en date du 8 Mai 1915 au commandement du 333°R.I., je salue votre drapeau qui, je l’espère, flottera bientôt victorieusement au-delà de la frontière ! ».

15 Mai

Arrivée du dépôt de Belley d’un détachement de renfort comprenant :

- 2 Aspirants (MM. LELAQUET et LOST),

- 2 Sergents,

- 8 Caporaux,

- 192 hommes (dont de la classe 1915).

Par ordre du Général commandant la 74° Division, le Bataillon-Dépôt (9°Bataillon du 18°R.I.), cantonné à Crévic, est rattaché au 333°R.I. pour l’instruction et la discipline pendant le temps durant lequel le 333°R.I. sera cantonné à Sommerviller- Maixe.

17 Mai

Ordre général n°46 : Le Général HUMBERT, commandant le détachement de l’Armée de Lorraine, cite à l’ordre de l’Armée le soldat MEDY Marius, Léon, n°Mle 013161, de la 23° Compagnie du 333° R.I. (actuellement caporal), décoré de la Médaille de St-Georges 4°classe.

21 Mai

Par décision du Ministre de la Guerre en date du 16 Mai 1915 ( J.O. du 17 mai, page 3139) sont inscrits au tableau de la Médaille Militaire les militaires dont les noms suivent :

- BONNEVILLE (J.M.E.), soldat de 2°classe au 333°R.I. : « Le 28 Août 1914, était à son poste de combat au moment où il a été blessé. A fait preuve de beaucoup de courage et d’énergie. A perdu l’oeil droit ».

- PILLAUD (Joannin), soldat de 2°classe au 333°R.I. : « Le 28 Août 1914, a été blessé à côté de son Lieutenant qui a été tué. Malgré sa blessure, a continué à se battre et a rejoint l’ambulance que fort affaibli par la perte de son sang. A été amputé du bras gauche. »

- DUMONT (Joanny), soldat de 2°classe au 333°R.I. : « Le 30 Août 1914, s’est trouvé avec l’échelon de mitrailleuses sous un feu d’artillerie très violent, grièvement blesse au bras droit, a été amputé »

- GROLEZIAT (H.,J.), soldat de 2°classe au 333°R.I. : « Le 28 Août 1914, se trouvait dans un fossé avec sa section en position sous une violente rafale d’artillerie. Atteint d’un éclat d’obus à la tête, a montré un courage et une énergie remarquables. A perdu l’oeil droit »

-MIGUET (E .A.), soldat de 2°classe au 333°R.I. : « Le 25 Août 1914, étant en soutien d’artillerie et toute la journée sous un feu violent de l’artillerie ennemie, a été blessé à l’oeil par un schrapnell. Très courageusement, s’est dirigé seul sur le poste de secours. A perdu l’œil gauche »

23 Mai

A 13h 45, inspection du Régiment sur le terrain de manoeuvre de Courbesseaux par M. Raymond POINCARE , Président de la République Française, accompagné du Général DUBAIL, commandant un Groupe d’Armées, du Général HUMBERT, commandant le D.A.L., du Général BIGOT, commandant la 74°Division. Après cette inspection, le Président de la République a assisté à une manoeuvre à double action, à laquelle participaient les 333°R.I. et le 223°R.I.

26 Mai

Par décision du Général commandant en chef en date du 24 Mai 1915, sont nommés au grade de S/Lieutenant à titre temporaire et maintenus à leur corps, les sous-officiers du 333°R.I. dont les noms suivent :

- ROSSET Joseph, Adjudant à la 17°Compagnie,

- MILLOUD Marius, Adjudant à la compagnie de mitrailleuses,

- MATHIEU Joseph, Adjudant à la 17°Compagnie,

- MORLAT Jean, Adjudant à la 20°Compagnie,

- GARNIER Joseph, Adjudant à la 19°Compagnie,

- POULAILLON Joannès, Adjudant à la 21°Compagnie

- MOLLEX François, Sergent à la 22°Compagnie,

- RAYNAUD Francisque, Adjudant à la 23°Compagnie,

- LABIESSE Justin, Adjudant à la 24°Compagnie.

Ils feront le service :

- ROSSET, à la 17°Compagnie,

- MORLAT, à la 18°,

- MATHIEU, à la 19°,

- GARNIER, à la 20°,

- MOLLEX, à la 21°,

- POULAILLON, à la 22°

- LABIESSE, à la 23°,

- RAYNAUD, à la 24°,

- MILLOUD, à la compagnie de mitrailleuses.

27 Mai

Ordre de Bataille du Régiment à la date du 27 Mai 1915

Etat-Major

Commandant le Régiment Lt-colonel FRANCHET d’ESPEREY

Officier adjoint Capitaine SAUZAY

Officier des Détails Lieutenant LACOMBE

Officier d’Approvisionnements S/Lieutenant PUGIN

Officier porte-drapeau S/Lieutenant JOLY

Chef du service téléphonique S/Lieutenant ROCHE

Médecin chef de service Dr PITRE, A.M. de 1°classe

Compagnie de Mitrailleuses

Capitaine X ……………..

S/Lieutenant BOUVIER, commandant provisoirement

S/Lieutenant DOLBEAU

S/Lieutenant MILLOUD

5° Bataillon

Chef de Bataillon Commandant BRAQUET

Médecin Dr PELLAT, A.M. de 1°classe

Médecin Dr CHARVETAIDE, A.M. 2°classe

17° Compagnie

Capitaine CURE

S/Lieutenant VALETTE

S/Lieutenant CRETIN

S/Lieutenant ROSSET

18° Compagnie

Capitaine X………….

Lieutenant LAFFITTE, commandant provisoire

S/Lieutenant de TRISTAN

S/Lieutenant MATHIEU

S/Lieutenant MORLAT

19° Compagnie

Capitaine CLAMARON

Lieutenant PIQUET

S/Lieutenant AMAURY

S/Lieutenant MATHIEU Joseph

20° Compagnie

Capitaine GONNAZ

S/Lieutenant ZWOLSKI

S/Lieutenant GARNIER

S/Lieutenant COMTESSE (détaché au Peloton des E.O.S. à Lunéville)

6° Bataillon

Chef de Bataillon Commandant MONEGLIA

Médecin Dr VIDAL, A.M. de 2°classe

Médecin Dr BOURDILLON, Médecin auxiliaire

21° Compagnie

Capitaine CHEVANNEY

S/Lieutenant PESANT

S/Lieutenant COTTARD

S/Lieutenant MOLLEX

22° Compagnie

Capitaine DEBRAND

S/Lieutenant DUGUET

S/Lieutenant POULAILLON

23° Compagnie

Capitaine MOLINES

S/Lieutenant MAILLARD

14

S/Lieutenant RAMEL

S/Lieutenant LABIESSE

24° Compagnie

Capitaine X………….

Lieutenant DUMONT,commandant provisoire

S/Lieutenant PICOLLET

( détaché au 9°Bataillon du 18°R.C. à Crévice)

S/Lieutenant CARLET

S/Lieutenant RAYNAUD

29 Mai

Par décision ministérielle du 24 mai 1915, (J.O. du 27 mai, page 3347), la nomination de M.CHARVET Charles, Auguste, au grade de Médecin Aide-Major de 2°classe de réserve, à titre temporaire, est approuvée.

31 Mai

Par décret du Président de la République en date du 27 Mai 1915, sont nommés à titre définitif (réserve), pour prendre rang à la date du 10 Mai 1915 :

- au grade de Chef de Bataillon M.SAUZAY (Marie, Léon), Capitaine au 333°R.I.,

- au grade S/Lieutenant à titre définitif :

MM. CARLET François

SWOLSKI Francis,

Sous-Lieutenants à titre temporaire au 333°R.I..

3 Juin

Remise solennelle par le Colonel FRANCHET d’ESPEREY sur le terrain de manoeuvre de Courbesseaux, de la Croix de Guerre aux S/Lieutenants DUGUET et VALETTE, et à l’Adjudant PIJOIS.

4 Juin

Par décision ministérielle en date du 29 Mai 1915 sont ratifiées à la date du 24 Mai les nominations à titre temporaire au grade de S/Lieutenant (Réserve) de :

- MATHIEU, Adjudant au 333°R.I.

- MORLAT, Adjudant au 333°R.I.

- GARNIER, Adjudant au 333°R.I.

- POULAILLON, Adjudant au 333°R.I.

- MOLLEX, Sergent au 333°R.I.

- RAYNAUD, Adjudant au 333°R.I.

- LABIESSE, Adjudant au 333°R.I.

5 Juin

Deux compagnies du 5°Bataillon sont mises à la disposition : l’une du 36°R.I. Coloniale à Bathelémont, l’autre du 222°R.I. à Bauzemont. Pour aider ces deux régiments dans l’exécution des travaux de fortification et d’établissement de défenses accessoires de première ligne. Le reste du Bataillon continue à travailler à la confection de rondins et de piquets pour les troupes des avant-postes.

7 Juin

Par décision ministérielle en date du 1er Juin 1915 (J.O. du 5 Juin), les nominations à titre temporaire au grade de S/Lieutenant de :

ROSSET Joseph, Adjudant-Chef au 333°R.I.,

MILLOUD Marius, Adjudant au 333°R.I.,

sont ratifiées. Par décret du 2 Juin 1915, le Docteur PITRE (Charles, Joseph), Médecin Aide Major de 1°classe, est nommé au grade de Médecin Major de 2°classe, pour prendre rang au 10 Mai 1915.

8 Juin

Dans la nuit, deux compagnies du 6°Bataillon (21° et 22°) vont relever à Bathelémont et à Bauzemont celles du 5°Bataillon.

10 Juin

Relève des 21° et 22°Compagnies par les 23° et 24°Compagnies.

11 Juin

Par décision du Général commandant le D.A.L. en date du 9 Juin 1915, M. le Chef de Bataillon SAUZEY est affecté au 3° Bataillon du 37° Régiment Territorial d’Infanterie – 71° Division.

12 Juin

La 18°Compagnie va renforcer les travailleurs sur la première ligne à Bathelémont. M. le Commandant SAUZEY est remplacé dans ses fonctions d’Adjoint au Chef de Corps par M. le Capitaine DEBRAND qui prend le commandement de la 22° Compagnie.

13 Juin

Mise en route et radiations des contrôles de M. le Commandant SAUZEY.

14 Juin

Par ordre particulier n°358 du Général HUMBERT commandant du D.A.L.,en date du 12 Juin 1915, le 333°R.I. est en situation d’alerte à partir de 4 heures, comme réserve du DA.L.. Le service automobile assure à proximité de Sommerville – Maixe la réunion des moyens de transport nécessaires pour 2 bataillons. Par ordre particulier n°365 du Général commandant le D.A.L. en date du 14 Juin 1915, le dispositif d’alerte cesse à partir de midi pour le Régiment qui reste toutefois dans le voisinage de ses cantonnements, prêt à être alerté. Le dispositif d’alerte sera repris le 15 Juin à 4 heures.

15 Juin

Exécution de l’ordre particulier n°371 du Général commandant le D.A.L., en date du 15 Juin 1915, le dispositif d’alerte est supprimé pour le 333°R.I., toutefois le Régiment reste à proximité de ses cantonnements, prêt à être rapidement rassemblé.

17 Juin

Suivant l’ordre de citation n°49, le Général HUMBERT, commandant le détachement le Détachement d’Armée de Lorraine (D.A.L.), cite à l’ordre de l’Armée, le Capitaine BUTSCH, du 333°R.I. :

« Capitaine d’une énergie et d’une bravoure remarquables, a maintenu sa compagnie sous un feu violent d’artillerie et d’infanterie au combat du 28 Août. A été blessé à la cuisse au moment où il entrainait ses hommes à l’assaut des lignes ennemies. Amputé de la cuisse droite, est décédé des suites de ses blessures ».

Par décision du Général commandant le D.A.L. en date du 16 Juin 1915, M. le Chef de bataillon MONEGLIA Augustin, commandant le 6° Bataillon du 333° R.I. passe au 232° R.I. (59° Division) dont il va prendre le commandement. M. le Chef de Bataillon SAUZEY (Marie,Léon), commandant le 3° Bataillon du 37° Territorial, passe au 333° R.I. en remplacement de M. le Commandant MONEGLIA.

18 Juin

Arrivée de M. le Chef de Bataillon SAUZEY qui prend le commandement du 6° Bataillon.

19 Juin

Mise en route et radiation des contrôles de M. le Commandant MONEGLIA. Suivant ordre particulier n°389 du Général commandant le D.A.L., les dispositions suivantes sont prises : Le 333° R.I. en réserve du D.A.L. sera le 19 Juin au soir :

- E.M. et un bataillon à Croismare

- Un bataillon à Raville

- 3 compagnies à Raville .

Le mouvement commencera de 19 h. à 19 h. 30. Départ du Régiment à 19 h. 30. Le 5°Bataillon (Commandant BRAQUET) part de Maixe pour se rendre à Croismare. Itinéraire : Maixe, Lunéville, Chanteheux, Croismare. Le 6°Bataillon (Commandant SAUZEY) va à Raville.
avatar
capitaine jacobin
Grand Manitou

Messages : 4220
Date d'inscription : 08/01/2010
Age : 45

Voir le profil de l'utilisateur http://3945.chez.com/topic/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: le 133e RI en 1915

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum